La bataille des routes

Les élections de 1874 donnèrent bien sûr la victoire aux Libéraux menés par Alexander Mackenzie. Parfaitement honnête mais manquant peut-être de largeur de vue politique, Mackenzie croyait toujours que le projet était une folie. Il devait cependant respecter l'accord constitutionnel avec la Colombie-Britannique, sinon c'était la sécession... Mais plus question de faire appel à des capitaux privés, même canadiens, la ligne serait financée par l'argent public.

Par chance, il n'y avait pas, pour le moment, à se soucier d'en trouver beaucoup : avant de lancer la construction, il fallait d'abord déterminer par où faire passer la ligne. Sur le bouclier au nord du Lac Supérieur, au Manitoba à l'ouest de Winnipeg, à travers la Prairie, et surtout au milieu des Rocheuses. Et aussi, choisir le point d'arrivée sur la côte Pacifique. De 1871 à 1878 les expéditions se succédèrent, menées par des personnages hauts en couleur, plus doués pour l'escalade des cols ou l'arpentage des prairies que pour les conversations de salon - d'où de nombreux conflits avec les politiciens, c'était la bataille des routes. En juillet 1878, le gouvernement trancha : l'arrivée sur la côte se ferait au Burrard Inlet, au débouché de la rivière Fraser.

Et pour respecter, au moins à peu près, l'engagement de débuter la construction dans les deux ans après la signature de l'accord, des petits tronçons de voie avaient été contractés à différentes entreprises - en général américaines, mais toujours avec l'argent gouvernemental. Vers le Lac Supérieur, en 1875. Autour de Winnipeg, où la première locomotive arriva, par bateau, en 1877. Bien de ces contrats furent obtenus par corruption - impliquant jusqu'au frère du Premier ministre Mackenzie - et la construction n'était pas de la meilleure qualité - la consommation de whisky sur les chantiers était effarante ! Mais il fallait bien respecter l'accord avec la Colombie-Britannique...

Ceci évidemment faisait les choux gras de l'opposition conservatrice à Ottawa. Et aux élections de 1878, à la surprise générale, les Conservateurs revinrent en force. Macdonald retrouva son siège de Premier ministre. Prêt à lancer sa politique nationale à trois volets : protectionnisme contre les produits américains ; colonisation des territoires de l'Ouest ; et le Pacific Railway. Pour faire une vraie nation.

On ne savait toujours pas comment traverser les Rocheuses, malgré les nombreuses expéditions qui ratissaient les montagnes. Pour avancer cependant le gouvernement lança la construction dans la vallée de la Fraser - on verrait ensuite comment aller plus à l'est. Mais cette vallée de la Fraser était, sur une bonne partie de son parcours, un étroit et dangereux canyon, il fallait un entrepreneur capable et financièrement solide : le contrat fut donné en 1880 à Andrew Onderdonk, un pur Yankee, mais on n'en était pas à une contradiction près. Un autre petit contrat pour démarrer les travaux sur la Prairie, où une locomotive fut apportée sur la glace de la rivière Rouge gelée.

9         Pages  1  2  3  4  5  6  7  8  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19