La nation canadienne

Comment un pays devient-il une nation ? Par sa géographie, par exemple parce qu'il est bordé par des frontières naturelles ? Par l'homogénéité ethnique de ses habitants ? Par l'unicité de la langue que parlent les gens qui y vivent ? Par leur religion commune ? Par la lutte contre un ennemi héréditaire ?

Rien de tout cela pour le Canada. Un pays immense, plus de 9 millions de kilomètres carrés, le deuxième pays au monde par sa surface, derrière la Russie, Sibérie incluse, bien sûr. La moitié du continent Nord-américain. S'étalant, du nord au sud, du 45° parallèle à 800 km du pôle Nord. D'est en ouest, partageant 8 891 km de frontière avec les États-Unis. Couvrant six fuseaux horaires...

Cliquez sur l'image

Deuxième par la surface mais 36e par la population, bien loin de son puissant voisin. Quelque 30 millions d'habitants, concentrés sur une bande large à peine de quelques centaines de kilomètres le long de la frontière sud - là où, d'après le site officiel d'information du gouvernement canadien, le climat est agréable, avec "des printemps doux,

des étés chauds et des automnes d'une agréable fraîcheur" - on passe pudiquement sur les hivers...

Mais pas d'ethnie unique, ni de melting pot à l'américaine : bien sûr une majorité anglo-saxonne, mais aussi des descendants des premiers habitants de ce pays, Sioux, Iroquois, Crees..., puis ceux des colons français de la Nouvelle-France ou de l'Acadie, des immigrants de l'Europe Centrale, et des Chinois employés à la construction du chemin de fer ; chaque communauté gardant ses traditions et valeurs culturelles.

Deux langues officielles, et le français n'est pas parlé qu'au Québec, on trouve des communautés francophones au Manitoba et même en Colombie-Britannique. Mais la question de la langue a bien failli plusieurs fois faire exploser le Canada ! Bien sûr, pas de religion d'état, on serait bien embarrassé pour définir laquelle. Un ennemi commun ? Certes, les États-Unis ont bien eu des vues sur le Canada, mais c'était en 1775 et en 1812, depuis on fait partie de la même NAFTA, la zone de libre-échange nord-américaine. Bien sûr, comme disait le regretté Premier ministre Pierre Trudeau, les relations avec les États-Unis, "c'est comme dormir près d'un éléphant. On a beau savoir qu'il ne vous veut pas de mal, on a toujours peur qu'il se retourne dans son sommeil". Mais ce n'est pas avec cela qu'on fait une nation.

Alors ? Eh bien, un train y est pour quelque chose : le Canadian Pacific Railway, le fameux Transcanadien.

2            Pages  1  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19