En guise de conclusion

 

Les recettes d'une bonne métrication : d'abord une action gouvernementale

Au fait, l'engagement des gouvernements à propos de la métrication dépend-il de leur couleur politique ? La réponse n'est pas claire, il semble bien cependant que les régimes "de gauche" soient plus courageux que les autres pour introduire un système de mesures plus moderne : le système métrique décimal est né en France dans la foulée de la Révolution de 1789. Russie et Chine l'ont adopté dès leurs gouvernements populaires établis. Au Canada, la métrication a beaucoup progressé avec le Libéral Trudeau, et fortement ralenti avec le Conservateur Mulroney. Aux États-Unis, le Démocrate Carter avait fait faire des avancées notables à la métrication, vite arrêtées par le Républicain Reagan. Au Royaume-Uni, c'est le gouvernement travailliste de Clement Attlee qui avait initié le processus. Sans doute trouverait-on de notables exceptions à cette tendance, mais on sait bien que les gouvernements de droite font souvent une politique populiste, alors quand la population voit d'un mauvais Žil l'arrivée d'un nouveau système de mesures... Surtout s'il sent encore le souffre de la Révolution.

appuyée par une communication efficace

La campagne s'appuie sur des outils de communication divers, déjà la France de 1793 faisait rédiger par Haüy ses fameuses instructions et dessiner par David les allégories plantureuses des mois républicains. Plus modernes, mais relevant de la même technique, étaient les pin up canadiennes aux mensurations en centimètres. Moins discutable fut la Miss Metric néo-zélandaise : un bébé né le jour du lancement de la métrication, et dont on publia régulièrement les photos et les mensurations tout au long du processus - qui réussit si rapidement que Miss Metric n'eut pas le temps d'acquérir des formes capables de soulever les protestations des mouvements bien-pensants. Certains pays ont émis des timbres-poste, il y en a eu de très beaux en Australie et à Singapour. On a même fait des chansons pour promouvoir le système métrique, en France bien sûr - en Angleterre, c'était surtout pour le discréditer, comme la fameuse Three-Foot Rule de William Rankine en 1874.

Le rôle de l'Union Européenne

Promotion du système métrique auprès du dernier pays industrialisé rebelle, les États-Unis. Au cours des discussions au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce, par exemple. Ou plus simplement en appliquant la directive 80/181/EEC : un article de cette directive de 1980 autorisait jusqu'à fin 1989 l'emploi, à côté des unités SI, des "unités supplémentaires", c'est-à-dire, dans la pratique, des unités américaines. Bien évidemment, obliger l'industrie américaine à marquer leurs produits à destination de l'Europe avec des unités métriques aurait été un puissant levier pour vulgariser le SI aux États-Unis. Hélas, sous la pression des lobbies industriels américains, un nouveau délai de 10 ans a été accordé en 1989, et un troisième en 1999. Qu'en sera-t-il en 2009 ? Si, par malheur, l'Union Européenne cédait encore une fois, les Américains et leur industrie seraient confortés dans leur usage d'un système obsolète, et l'Union Européenne aurait à nouveau montré sa faiblesse...

Le SI, un outil de la communication universelle

Constatons aussi qu'à l'heure de la mondialisation généralisée, il n'y a guère que cinq constructions intellectuelles qui participent à la communication universelle : la représentation écrite des nombres ; les signes des opérations mathématiques ; les symboles chimiques ; la notation musicale ; le SI. Le SI du moins pour quelque 95 % des habitants de ce monde.

Ne serait-ce pas mieux si c'était cent pour cent ? À nous de faire en sorte qu'un tel hommage soit rendu aux Pères fondateurs du système métrique... et de la République.

métrication

genèse

construction

temps

convention du Mètre

Royaume-Uni

Etats-Unis

résistance

retour accueil